IMG_3983

Pour autant, la perception du Bien ou du Mal n’est pas aussi simple qu’il n’y paraît. En effet, cette dichotomie de nos actes en un jugement religieux ou philosophique perpétuel, n’est pas objectivement concevable. L’évaluation de nos actes ne dépend pas seulement de critères psychologiques ou théologiques, mais aussi de conjonctures liées à l’espace et au temps. Ainsi, les actes ne seront pas ressentis par nous même ou par autrui de la même façon, selon l’époque et le lieu ou ils se seront déroulés.

«Si le juste se détourne de sa justice et commet l'iniquité, s'il imite toutes les abominations du méchant, vivra-t-il? Toute sa justice sera oubliée, parce qu'il s'est livré à l'iniquité et au péché; à cause de cela, il mourra.» (Ezechiel 18.24)